Rétro people 2016: Frasques et larmes en vedette

0
1239

2017 se pointe à l’horizon, 2016 tire à sa fin !! Elle s’en va avec des souvenirs.  De bons, de moins bons, ou simplement de tristes souvenirs pour nos célébrités. Dans  le cadre de sa « Retro 2016 », Dakar7.com vous fait revivre ces moments de joie, de peines, de surprises et déceptions qui ont jalonné, cette année, le monde du people sénégalais. 

 l’affaire du sac de Wally Seck :

Celui qui aura le plus marqué l’année 2016, c’est sans conteste le chanteur Waly Seck. Sur sa page Facebook, le fils de Thione Seck y apparaît avec un sac de main de femme et portant un pantalon slim appelé « Pinw ». Une image qui a suscité une vive polémique poussant certains Sénégalais à le taxer d’«homosexuel ». Cette polémique va même dépasser les frontières sénégalaises. Le 28 janvier, le caricaturiste du magazine Jeune Afrique, Glez, prenant la défense du jeune musicien, fait un dessin assimilant la tenue excentrique  de Waly Seck à la robe du fondateur de la confrérie mouride, Cheikh Ahmadou Bamba. Mais cette analogie va soulever la colère de la communauté mouride. Une marche sera organisée pour demander l’interdiction de la vente du magazine au Sénégal. Acculées, les autorités de Jeune magazine décident de supprimer ce dessin et le texte qui l’accompagnait, avant de présenter leurs excuses plates aux Sénégalais.

Le 30 janvier, au Grand théâtre profitant d’une soirée devant tous ses fans, Wally Seck décide de mettre fin à la polémique. Ciseaux à la main, l’artiste chanteur lacère symboliquement le sac de la controverse.

 Wally Seck et le Bercy de la controverse

Alors que les sénégalais commençaient à tourner la page de l’histoire de son sac à main de femme, voilà que Waly Seck se retrouve de nouveau au coeur d’une autre controverse.  Le 04 juin 2016, le fils de Thione, comme pour se mesurer à Youssou Ndour, le roi du Mbalax, se produit à Bercy en France. Mais l’événement, qui aurait pu connaitre un grand succès tellement les promoteurs avaient misé sur la publicité, va se solder par une polémique. Si pour certains, le « Faramarène » a encore tenu en haleine toute la jeunesse avec sa soirée a Bercy, pour d’autres, c’était un échec total car, il n’a pas réussi à remplir la mythique salle de Bercy.

Ce qui est sûr, c’est que la suite des événements a donné raison à ces derniers. En effet, l’artiste a fait savoir que les organiseurs de ce grand événement n’ont pas respecté le contrat signé et réclame le reste de son cachet. La réplique du promoteur de « Wally Bercy »  n’a pas tardé. Moustapha Dieng, patron de Sénart Vision, qualifie Waly « d’ignorant » et « d’irrespectueux ». Il décide ensuite de porter plainte contre ce dernier pour non respect des closes du contrat qui les liait. L’affaire est pendante devant la justice.

Mais Waly n’est pas au bout de sa peine puisqu’il est cité dans l’affaire du vol d’un Rang rover. Cette voiture,  qui lui aurait été offerte par un footballeur et impliquant plusieurs personnes, a été volé en Europe. Un mandat d’arrêt a été lancé contre Wally Seck. Cette affaire est entre les mains des enquêteurs de la Division des investigations criminelles (Dic).

Déesse Major au «niouff »

Autre artiste qui aura marqué 2016 par ses frasques, c’est la rappeuse, Déesse Major. Mise en cause dans une affaire de mœurs, le 17 juin, l’artiste, qui s’identifie par ses tenues excentriques, sera arrêtée après une auditions par la Sûreté Urbaine.

L’histoire remonte à 2014. Adama Mboup, le président du Comité pour la défense des valeurs morales(Cdvm) avait déposé une plainte contre la rappeuse qui s’était affichée dans une tenue vestimentaire jugée  attentatoire aux bonnes mœurs à l’occasion d’un concert au Stade Iba Mar Diop. De bonnes volontés étaient intervenues, en ce temps, et la chanteuse avait présenté ses plates excuses. Mais, quelque temps plus tard, la chanteuse reprend ses « mauvaises » habitudes. Cette fois-ci, elle n’échappe pas à Dame justice qui a été une fois encore saisie par le Cdvm.

Le cas Mbathio Ndiaye

Même si l’artiste Mbadio Ndiaye n’a pas fait l’objet de plainte, ses images obscènes diffusées dans les réseau sociaux ont fait couler beaucoup d’encres.  Vêtue d’une nuisette rose, la danseuse se fait photographier nue dans différentes positions; tout ceci accompagné d’une vidéo pornographique. Muette pendant  une semaine, la danseuse, qui n’en est pas a son premier coup d’essai, décide de porter plainte contre les auteurs de cette publication. Critiquée par l’opinion sénégalaise, elle va finalement rompre le silence pour demander pardon à la population.

L’animateur Cheikh Sarr a, lui aussi, alimenté les réseaux sociaux. Se sentant cocue, la femme de l’animateur de la ZIK fm, a posté une audio sur les sites internet dans laquelle on entend la maîtresse de son mari avouer avoir entretenu des « relations sucrées pimentées » avec l’animateur. Mais Cheikh Sarr semble plus veinard, car son cas sera vite éclipsé par l’affaire Mbathio.

Une autre nouvelle qui vient couronner le tout, c’est le différent qui oppose le couple du Lion de Guediawaye Balla Gaye II et de Boury Bathilly. Accusant son mari de l’avoir battu, la sœur de Soumboulou, actrice dans la série « Wiri Wiri » porte plainte contre l’ex-Roi des arènes pour coups et blessures.

Des larmes

L’année 2016 n’est pas que judiciaire et frasques. Elle a été aussi nécrologique chez nos célébrités. Le 13 octobre, les sénégalais apprennent la mort de Déguène Chimère. Une grande tristesse s’empare de la population qui portait dans son coeur l’animatrice vedette de La Tfm. Alors qu’on n ‘a pas fini de pleurer la mort de cette dernière qu’on nous annonce, le 13 novembre, la mort de l’artiste El Hadj Ndouga Dieng qui a tiré sa révérence à l’âge de 71 ans fans. La même émotion est vécue chez les artistes après l’annonce de la mort de l’un des leurs: le sculpteur sénégalais Ousmane Sow décède à l’âge de 81 ans suite à une longue maladie.

 

Ramata Ba (stagiaire)

dakar7.com

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY